Dominez votre mal-être, votre période de stress, votre peur, pour mieux vivre et aller de l’avant… grâce à la Sophrologie.

Quel que soit votre âge ou votre sexe, quelle que soit votre profession ou activité :

  • percevez-vous un épuisement total dès votre réveil de la tête jusqu’au pieds, une fatigue permanente, un sentiment d’impuissance devant votre mal-être qui vous gagne petit à petit,
  • éprouvez-vous des maux de dos, tensions musculaires, migraines, troubles intestinaux, hausse de votre diabète,
  • ressentez-vous une panique au niveau de votre gorge qui se noue, les mots qui s’affolent dans votre cerveau, une perte de mémoire, transpirez-vous de la nuque jusqu’au bas du dos, avez-vous les mains moites au moment de passer un examen à l’oral, un entretien d’embauche ou le permis de conduire, de présenter votre projet devant un public,
  • tremblez-vous quand vous êtes allongé(e) sur le fauteuil de votre dentiste pour une extraction dentaire, une pose d’implant, ou tout simplement pour un détartrage et un contrôle annuel,
  • vous sentez-vous rougir par timidité lorsque vous avez envie de partager avec un groupe ou une personne en particulier que vous connaissez déjà ou que vous avez envie de rencontrer,
  • vous sentez-vous dans l’incapacité de faire les démarches nécessaires pour prendre rendez-vous par téléphone sans hésiter ou balbutier,
  •  êtes-vous paralysé(e) de devoir présenter votre projet devant un public,
  • votre rythme cardiaque s’accélère-t-il quand vous prenez un transport comme l’avion ou le train ou même lorsque vous vous sentez confiné dans un wagon de métro rempli les jours de grève ?

 

  •  La Sophrologie vous aide à :
  • reprendre confiance en vous, 
  • dominer vos peurs,
  • gérer votre stress,
  • vous valoriser,
  • prendre conscience de la personne que vous êtes, 
  • vous affirmer pour continuer en toute beauté votre chemin de vie.

Violences conjugales ou harcèlements : aide de la Sophrologie.

Si vous êtes atteint(e) de violences conjugales ou de harcèlements quels qu’ils soient, sachez que la Sophrologie peut vous aider en complément à votre médecin psychiatre, gynécologue, ostéopathe ou autre.

Par des protocoles adaptés à vos besoins – en toute confidentialité et bienveillance – vous arriverez à :

  • retrouver confiance en vous,
  • expulser vos peurs et angoisses, frayeurs des actes de vengeance,
  • savoir dire : “NON !”,
  • ne pas culpabiliser : vous n’êtes pas responsable des coups en tous genres que vous recevez,
  • développer votre concentration et mémorisation si vous êtes en recherche d’emploi, si vous avez à passer des tests ou bien le permis de conduire,
  • continuer à vivre dans la dignité en prenant conscience de la personne que vous êtes sans avoir à vous dénigrer.

Je vous invite à téléphoner à mon cabinet pour prendre rendez-vous. Ce sera le  premier pas vers votre VICTOIRE !

 

Perte, deuil d’un être cher : comment la Sophrologie peut vous accompagner ?

Vous êtes en train de traverser un moment difficile : la perte d’un être cher, aimé. Un grand-parent, un parent, un enfant, un conjoint, un(e) ami(e). Décès suite à une mort naturelle, de maladie ou brutale (accident, attentat, combat).

Vous vous sentez abandonné(e), anéanti(e), désespérément seul(e). Vous n’avez qu’une envie : celle de hurler ou de vous taper la tête contre les murs. Les mots sont absents pour exprimer cette épreuve. Plus rien n’a d’importance pour vous…

La Sophrologie vous donnera les “clés” nécessaires et adaptées à vos besoins pour que vous puissiez :

  • dépasser le choc, la colère,
  • surmonter la douleur qui pourrait se transformer en dépression,
  • ne pas vous culpabiliser,
  • accepter en douceur le départ en continuant à vivre.

N’hésitez pas à téléphoner pour prendre rendez-vous. Je vous recevrai à mon cabinet dans l’écoute, la bienveillance, le non jugement, en séance individuelle ou en groupe selon votre choix.

La Sophrologie a perdu son fondateur. Notre mission est de faire reconnaître son enseignement.

Selon les lois de la vie, la mort est l’aboutissement de chacun : humain, végétal, animal. Cependant à l’annonce du décès du Professeur Alfonso Caycedo, médecin neuro-psychiatre et fondateur de la Sophrologie, nous nous sentons orphelins depuis le 11 septembre 2017. Nous lui sommes redevables pour son enseignement généreux et hors du commun.

A présent, en tant que sophrologues, notre mission est d’exercer notre profession enseignée avec ses valeurs selon les règles de l’Art tout en respectant son éthique. Remplis d’une force nouvelle et d’une énergie qui poussent chacun de nous à continuer son oeuvre, à la défendre, à la transmettre tout en l’améliorant  en l’adaptant en fonction de l’évolution de l’homme, des divers maux rencontrés, à travers nos consultations.

Si critiques, regards moqueurs ou dubitatifs sont portés sur la Sophrologie cela veut dire qu’elle perturbe dans les enseignements ancrés depuis des années, qu’elle dérange par son efficacité avec les terpnos logos/protocoles adaptés à chaque patient. Le rôle de chacun d’entre nous est de ne pas se laisser abattre,  de continuer  à exercer- en toute humilité – avec les résultats à l’appui même si le chemin semble long, difficile. Chaque pas en avant est une Victoire  pour la Sophrologie !

 

 

 

Devenir membre de E.R.S.ES. Ensemble de Recherches des Sophrologues-Experts, même en n’étant pas sophrologue.

http://www.erses-sophrologues-experts.org/

L’Association E.R.S.ES. Ensemble de Recherches des Sophrologues-Experts, dont je suis la présidente, née en juillet 2017 a pour ambitions et objectifs de :

  • attester,

  • référencer les sophrologues-experts ou sophrologues caycédiens selon leur professionnalisme en accord avec l’éthique de la Sophrologie pour échanger et  mettre en commun leurs expériences,

  • les insérer dans un Répertoire,

  • publier le résultat de leurs protocoles adaptés aux pathologies diverses : tant au  niveau national qu’international.

Sophrologues, médecins, infirmiers, directeurs d’Ehpad, chefs d’entreprises, d’établissements scolaires et universitaires, sportifs, militaires, artistes, journalistes,  je vous invite à devenir membre de E.R.S.ESAidez-nous à promouvoir la discipline que nous défendons alors que les regards restent pour une grande majorité – malheureusement – plus que dubitatifs envers les effets de la Sophrologie.

 

 

 

 

Présentation de l’Académie de Sophrologie de Paris dont je suis diplômée.

Présentation de l’Académie de Sophrologie de Paris par son directeur : le Dr P.A. Chéné, gynécologue sophrologue. Académie dont je suis issue et validée en tant que Sophrologue-Expert inscrite au R.N.C.P. (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Le diplôme est reconnu par l’Etat.

La Sophrologie est une discipline imprégnée de valeurs scientifiques donnant sa crédibilité. Elle permet non seulement de développer ses propres capacités de meilleur être mais aussi de préserver sa santé, de gérer son stress et de développer sa confiance en soi. Elle ne se substitue nullement aux traitements médicaux et n’est pas une médecine douce ou alternative.

Académie de Sophrologie de Paris – YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=pKeixZ7_fQE
 
 

Académie de sophrologie de Paris Présentation – YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=WSIt47aw4_k
14 août 2016 – Ajouté par patrick-andré Chéné

Académie de Sophrologie de Paris, réseau des Académies de Sophrologie, Académie Internationale de Sophrologie.

Sophrologue-Expert

Énorme succès pour la fin de notre cycle supérieur, des moments de rencontre inoubliables, dans l’ouverture, la tolérance et la diversité des participants, mais dans un volonté commune de faire exister la sophrologie.

Les premiers certificats de Formation du cycle supérieur  des Académies de Sophrologie ont été remis lors de la dernière cession le Dimanche 22 mars 2015 au siège de l’Académie de sophrologie de Paris à ceux qui avaient validé les quatre modules et effectué leurs travaux intercours.

L’équipe des directeurs a profité de ce moment privilégié pour remettre à ceux qui avaient rempli les conditions supplémentaires fixées par le Jury,  le Certificat de Sophrologue-Expert©.

Sophrologue-Expert

 

 

Nos élèves ont du talent et de l’humour :

birdsdessines_perso - copie

Efficacité de la Sophrologie, avant tout acte chirurgical, en particulier pour les “effondrements” professionnels qualifiant le burn-out pouvant atteindre chacun. Témoignages de personnes atteintes de cancer.

La Sophrologie est reconnue de par son utilité et efficacité non seulement au sein des entreprises, de la police, des armées, pour le meilleur être de chaque employé à tous les niveaux de la pyramide (burn-out,bore out,dépression, angoisses, troubles du sommeil et alimentaire, tensions musculaire) diminuant l’absentéisme, mais aussi dans les hôpitaux civils ou militaires pour les patients et soignants inclus (infirmiers, médecins). Le CHRU de Tours et l’Hôpital Gustave Roussy ayant leur service de Sophrologie sont des exemples.

Grâce à la Sophrologie les malades acceptent mieux leurs traitements douloureux avec ou sans opération, leur pathologie, leur hospitalisation et divers examens. Elle représente une aide efficace avant les chirurgies jusqu’au bloc opératoire (préparation à la détente du corps, lâcher prise, confiance en soi) et après dans l’acceptation du corps nouveau et les traitements adaptés.

La Sophrologie n’est pas de la psychologie, encore moins de la gymnastique. Ce qui la distingue de toutes les méthodes de respirations ou de relaxation sont les “Relaxations Dynamiques“où avec un corps détendu, chacun peut mieux prendre conscience de son propre corps et des “mots” qu’il exprime en l’activant…

Quelques exemples de champs d’application où la Sophrologie agit : anesthésie, préparation à la douleur ou à l’opération à venir avec ou sans amputation, acceptation du nouveau corps après l’opération et le traitement à suivre, différentes formes de cancer (sein, leucémie…), dépression majeure, burn out / bore out, fibromyalgie, endométriose, troubles post traumatiques, troubles affectifs saisonniers, ostéoporose, sclérose en plaques… sans bien sur oublier le manque de confiance en soi, les troubles du sommeil, de la nutrition et du manque de concentration.

Cancer : quand la sophrologie rend les femmes plus fortes

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le cancer, Sophro Actu a souhaité revenir sur le parcours de deux femmes qui ont choisi la sophrologie pour les aider dans leur parcours de guérison.

Renaître par la sophrologie

Commençons par un livre écrit par Agnès Defremery. Atteinte d’un cancer du cerveau, Agnès se replonge dans la sophrologie à la suite d’une opération délicate, pour laquelle son chirurgien lui laisse peu d’espoir de survie.

En ouvrant les yeux sur son lit d’hôpital, Agnès découvre qu’une nouvelle vie s’ouvre à elle, « une nouvelle chance », dit-elle.

C’est à ce moment qu’elle choisit de s’orienter vers une méthode, qu’elle connaît déjà fort bien : la sophrologie. Agnès l’avait, en effet, découverte dans les années 70, mais cette fois, c’est en tant que véritable outil qu’elle décide de s’en servir pour remonter la pente.

«  En sophrologie, on apprend à comprendre comment fonctionne son corps. L’imaginaire est important, tout comme la détente physique. La sophrologie c’est la suite du yoga, on travaille sur les émotions. Il faut savoir où on se situe dans le temps. Il faut savoir repartir dans le passé pour vivre le présent et aller vers l’avenir.  », explique-t-elle au journal l’Aisne Nouvelle.

Dans son livre intitulé Renaître par la sophrologie, Agnès Defremery raconte l’expérience de la maladie mais surtout de quelle manière la sophrologie l’a accompagnée durant tout son parcours de guérison.

Le combat d’une jeune mère contre le cancer

À seulement 33 ans, Adeline Demesy apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Son cancérologue ne lui donne que 6 mois à vivre. Pourtant, deux ans plus tard, la jeune femme est toujours debout, arborant un large sourire. C’est pour sa fille, qu’elle a souhaité se battre, et pour cette jeune maman, combattre la maladie est une question de mental« Pour moi, le mental, c’est 70% de la guérison », déclare-t-elle.

Pour se forger un mental d’acier, la jeune femme n’a pas hésité à faire appel à des techniques complémentaires à la médecine allopathique. Parmi ces méthodes, la sophrologie, une technique qui a lui donné les clés essentielles pour mieux vivre la maladie et tourner son mental vers les aspects positifs de sa vie. Adeline compte bien reprendre prochainement les séances, car pour elle, c’est en grande partie grâce à l’aide de cette méthode qu’elle est à présent si forte. La jeune femme envisage désormais une reconversion professionnelle dans le domaine des médecines douces et pense notamment à devenir sophrologue. Aujourd’hui, Adeline l’affirme « Oui, je suis plus heureuse qu’avant la maladie ».

Elle aussi, a choisi de raconter son parcours dans un livre autobiographique intitulé Tout simplement : le combat d’une jeune mère contre le cancer.

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX –

  • Mais qu’est-ce que c’est ?

On qualifie de « risques psychosociaux » (ou RPS) les éléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel. Ces risques peuvent recouvrir différentes formes : le stress, parmi les plus connus, mais aussi le harcèlementl’épuisement professionnel (BURN OUT : épuisement dû à une surcharge de travail ou de responsabilités professionnelles ; BORE-OUT est l’épuisement professionnel par l’ennui) et même la violence au travail. Ils sont la cause de plusieurs maux et pathologies (problèmes de sommeil, dépression, troubles musculo-squelettiques, maladies psychosomatiques, etc.).

Le terme de RPS recouvre trois types de risques : stress au travail, harcèlements (moraux, sexuels), violences et incivilités (internes ou externes à l’entreprise).

Le terme de RPS recouvre trois types de risques : stress au travail, harcèlements (moraux, sexuels), violences et incivilités (internes ou externes à l’entreprise).

Qui sont-ils

Le stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et de ses propres ressources pour y faire face.

Le harcèlement survient lorsqu’un ou plusieurs salariés font l’objet d’abus, de menaces et/ou d’humiliations répétés et délibérés dans des circonstances liées au travail, soit sur des lieux de travail, soit dans des situations liées au travail.

La violence au travail se produit lorsqu’un ou plusieurs salariés sont agressés dans des circonstances liées au travail. Elle va du manque de respect à la manifestation de la volonté de nuire, de détruire, de l’incivilité à l’agression physique.

Le burn out a fait l’objet de nombreux travaux et donné lieu à plusieurs définitions qui convergent au moins toutes sur un point : il se traduirait par un état d’épuisement professionnel (à la fois émotionnel, physique et psychique) ressenti face à des situations de travail « émotionnellement » exigeantes.

Le bore out est un épuisement professionnel dû à une insuffisance de sollicitations professionnelles, cause d’un ennui profond qui crée des doutes sur la valeur ou le sens du travail qu’accomplit le salarié. La perte d’intérêt pour le travail est une conséquence directe du bore-out.

Quels sont les facteurs ? (source DARES 2010)

  • Risque lié aux exigences de travail associées à l’exécution du travail en termes quantitatifs et de contraintes de temps et de rythmes de travail.
  • Risque lié aux exigences émotionnelles associées au maintien de bonnes relations sociales et émotionnelles au travail surtout en lien avec les relations externes et les incivilités.
  • Risque lié à l’autonomie et aux marges de manœuvre : degré de liberté que l’employé possède dans son activité professionnelle et pour développer ses compétences.
  • Risque lié aux rapports sociaux : qualité des relations sociales entre les différents collaborateurs de l’entreprise, et qualité des relations managériales.
  • Risque lié aux conflits de valeurs : adéquation entre les valeurs des employés et les valeurs prônées par l’entreprise, intégration de la notion de qualité empêchée (inadéquation entre la qualité voulue et les moyens nécessaires).
  • Risque lié à l’insécurité de l’emploi et perspectives futures : impuissance ressentie à préserver la continuité souhaitée dans une situation de menace de l’emploi, mais aussi en lien avec la pénibilité, et/ou avec la crainte de ne pas pouvoir tenir son poste dans la durée.

Quels sont les dispositifs de prévention des risques psychosociaux (source DARES 2016) ?

La prévention des RPS est parfois intégrée au document d’évaluation des risques. C’est le cas pour :

  • 29 % des établissements, mais pour seulement 22 % des établissements privés de moins de 10 salariés contre 82 % de ceux de 500 salariés et plus,
  • pour71 % dans la fonction publique hospitalière contre environ40 % dans les deux autres fonctions publiques.

Chiffres clés

·     En France, 47 % des actifs occupés déclarent devoir (toujours, souvent) se dépêcher

·     31 % déclarent devoir cacher leurs émotions, faire semblant d’être de bonne humeur (toujours, souvent)

·     27 % disent ne pas pouvoir régler par eux-mêmes les incidents

·     36 % signalent avoir subi au moins un comportement hostile dans le cadre de leur travail au cours des 12 derniers mois

·     33 % disent ne pas éprouver la fierté du travail bien fait (toujours, souvent)

·     24 % craignent de perdre leur emploi

Ce qu’il faut retenir

Troubles de la concentration, du sommeil, irritabilité, nervosité, fatigue importante, palpitations… Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes liés à des risques psychosociaux. Le phénomène n’épargne aucun secteur d’activité. Indépendamment de leurs effets sur la santé des individus, les risques psychosociaux ont un impact sur le fonctionnement des entreprises (absentéisme, turnover, ambiance de travail…).

Sous l’effet des mutations du monde du travail telles que la complexité grandissante des tâches, la réduction des temps de repos, l’individualisation du travail ou encore les exigences accrues de la clientèle, la prise en compte des risques psychosociaux est devenue incontournable.

Il est possible de les prévenir grâce à la SOPHROLOGIE !!

La sophrologie permet de se recentrer, de lâcher-prise, de favoriser un meilleur sommeil, d’améliorer la confiance et l’estime de soi, la gestion du stress…..

Parution chronique sur France Net Infos de Dominique IWAN au sujet de mon livre : “Envie d’Être en vie – Per volition”

Le 15 octobre 2016 ,  Dominique IWAN, rédactrice de France Net Infos a fait paraître une chronique au sujet de mon livre “Envie d’Être en vie – Per volition” édité chez Bookelis.com.

Cette chronique, remplie de bienveillance et d’écoute, peut se lire à partir du lien  http://www.francenetinfos.com/envie-detre-vie-marie-lise-tran-dinh-hoe-150233/

J’ai parcouru cet ouvrage avec beaucoup d’intérêt, passionnée a priori par tout ce qui peut apporter un mieux être, et je vous en recommande sa lecture ainsi que l’écoute du lien audio joint, dans lequel l’auteur indique les rythmes adéquats attribués à chaque pratique, car comme le dit l’auteur elle-mêmela sophrologie a tant besoin d’être mieux connue et appliquée.”

Je vous souhaite une excellente lecture et écoute ainsi que de très belles pratiques qui peuvent se faire par des personnes, de tous âges et mal voyantes (un lien audio est joint).